cooperation.jpg

News

Procédure de soumission

 

Les résumés d’une page (facultatifs)  et les articles (30 000 à 40 000 caractères, espaces compris) sont à envoyer conjointement aux adresses suivantes : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les articles doivent respecter la politique de publication et le protocole de rédaction, consultables sur le site de la revue (http://www.univ-bejaia.dz/action-didactique).

Calendrier :

Diffusion de l'appel: octobre 2017

(Facultatif) Envoi de résumés (1 page au maximum) : au plus tard le 30 novembre 2017

Réception des propositions d'articles: au plus tard le 15 janvier 2018

Retour des expertises: 15 mars 2018

Réception des versions définitives des articles retenus : 15 avril 2018 

Publication du numéro : juin 2018

Action Didactique est une revue scientifique internationale, d’expression française, essentiellement consacrée à l’enseignement/ apprentissage du français. Elle est éditée par le laboratoire de recherche en Langues Appliquées et Ingénierie des Langues En Milieu Multilingue (LAILEMM) et la Faculté des Lettres et des Langues de l’université Abderrahmane Mira de Bejaia, sous le contrôle d’un comité d’édition et d’un comité scientifique international, constitué de didacticiens et linguistes connus et reconnus dans le monde.

Membres du comité scientifique :

Attika-Yasmine ABBES-KARA (ENS-Bouzaréah), Salah AIT CHALLAL (Univ. Tizi-Ouzou), Karima AIT DAHMANE (Univ. Alger 2), Amar AMMOUDEN (Univ. Bejaia), M’hand AMMOUDEN (Univ. Bejaia), Saliha AMOKRANE (Univ. Alger 2), Abdenour AREZKI (Univ. Bejaia), Safia ASSELAH RAHAL (Univ. d'Alger 2), Christine BARRÉ-DE MINIAC (Univ. Grenoble), Wafa BEDJAOUI (Univ. Alger 2), Mourad BEKTACHE (Univ. Bejaia), Nabila BENHOUHOU (ENS/LSH-Bouzaréah), Boumediene BENMOUSSAT (Univ. Tlemcen), Farid BENRAMDANE (Univ. Mostaganem), Serge BORG (Univ. Franche-Comté), Ahmed BOUALILI (Univ. Tizi-Ouzou), Jean-Paul BRONCKART (Univ. de Genève), Francine CICUREL (Univ. Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Claude CORTIER (Univ. Lyon), Foudil DAHOU (Univ.Ouargla), Abdelouahab DAKHIA  (univ. Biskra), Bertrand DAUNAY (Univ. Lille 3), Maddalena DE CARLO (Univ. Cassino et sud du Latium - Italie), Isabelle DELCAMBRE (Univ. Lille 3), Joaquim DOLZ-MESTRE (Univ. de Genève), Pierre FONKOUA (ENS de Yaoundé), Claude GERMAIN (Univ. du Québec à Montréal), Latifa KADI (Univ. Annaba), Malika KEBBAS (Univ. Blida 2), Soufiane LANSEUR (Univ. Bejaia), Eliane LOUSADA (Univ. de São Paulo), Abdelouahad MABROUR (Univ. Chouaîb Doukkali,  El Jadida- Maroc), Gaouaou  MANAA (Univ. Batna), Pierre A. MARTINEZ, (Univ. Paris VIII Saint-Denis), Samir MARZOUKI (Univ. de Manouba - Tunisie), Bruno MAURER (Univ. Montpellier 3), Hakim MENGUELLAT (Univ. Blida 2), Muriel MOLINIÉ (Univ. Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Kaci MOUALEK (Univ. Tizi-Ouzou), Aldjia OUTALEB-PELLÉ (Univ. Tizi-Ouzou), Marie-Christine POLLET (Univ. Libre de Bruxelles), Jean-Jacques RICHER (Univ. Bourgogne), Marielle RISPAIL (Univ. Jean Monnet de Saint Etienne), Nabil SADI (Univ. Bejaia), Bernard SCHNEUWLY (Univ. Genève), Valérie SPAËTH (Univ. Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Doina SPITA (Univ.Al.I.Cuza de IASI, Roumanie), Monica VLAD (Université Ovidius de Constanta, Roumanie).

Références bibliographiques

 

Billières, M., (2008), « Le statut de l’intonation dans l’évolution de l’enseignement/apprentissage de l’oral en FLE », dans Cortier, Claude & Bouchard Robert (éds.), p. 27-37.

Blin B., Lópezdel Hierro S. et Trottet S. (2013). Regards didactiques et littéraires
sur les discours oraux et écrits, Synergies Mexique, n°3. https://gerflint.fr/Base/Mexique3/mexique3.htm

Bouchard, R. (1995) « De l'enseignement de la langue orale à l'entraînement aux pratiques dialogiques », in. LIDIL, n°12, pp. 97-118.

Bouchard, R. (2005) « Les interactions pédagogiques comme polylogues », in. Lidil, 31, pp.139-155.

Boulton, A., 2009, « Documents authentiques, oral, corpus » in Des documents authentiques oraux aux corpus : questions d’apprentissage en didactique des langues, Mélanges n° 31, numéro spécial. En ligne http://www.atilf.fr/spip.php?rubrique584

Cellier, M. (2003) « Des écrits supports de l'oral », in. Actes du colloque « Didactiques de l'oral », pp.197-207, Url.http://eduscol.education.fr/cid46410/des-ecrits-supports-de-l-oral.html

Chanfraut-Duchet, C. (2002) « Restaurer l’oralité en classe de français », Colloque Didactique de l’oral, Université Paul Valéry et IUFM de Montpellier. En ligne : http://eduscol.education.fr/cid46397/restaurer-l-oralite-en-classe-de-francais.html

Cadet, L.  Pegaz Paquet, A., (coord.) « L’oral en question », Le français aujourd’hui, 2016/4, n°195

Cortier, C., Parpette, C. (éds) (2006) De quelques enjeux et usages historiques du français fondamental, Documents SIHFLES, 36 en ligne : https://dhfles.revues.org/1178

Cortier, C. & Bouchard, R. (éds.) (2008)Le français dans le monde. Quel oral enseigner, cinquante ans après le Français fondamental ? Paris: CLE international FIPF.

Delcambre, I. (2004), « Que nous apprennent les relations oral-écrit sur le statut de la trace écrite dans l’univers scolaire ? », in Recherches n° 41, pp. 233-240.

Dolz, J. & Gagnon, R. (2008), « Le genre du texte, un outil didactique pour développer le langage oral et écrit », Pratiques [En ligne], n°137-138, p. 179-198, URL :

http://pratiques.revues.org/1159

Dolz, J. et Schneuwly, B. (1998) Pour un enseignement de l'oral : Initiation aux genres formels à l'école, Paris : ESF

Ferroukhi, K. (2014)La compréhension orale par l’intégration des documents sonores authentiques dans le cycle moyen. Université Blida 2. Thèse de doctorat de Français, option Didactique du français langue étrangère (FLE).

Gadet, F., Le Cunff, C. & Turco, G. (coord) (1998) L'oral pour apprendre, Repères, n°17. [en ligne] http://www.inrp.fr/publications/edition-electronique/reperes/RS017.pdf.

Galazzi, E.,  2008, « Où est passée l’oralité ? » ? in Cortier& Bouchard, p.12-26

Garcia-Debanc, C. et Delcambre, I. (coord.), (2002) Enseigner l’oral, Repères, n°24/25,

Kazi-Tani, N. (1995) Le roman africain de langue française au carrefour de l'écrit et de l'oral: (Afrique Noire et Mahgreb), Thèse de doctorat en Etudes africaines, Université de Paris 13.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1998) « La notion d’interaction en linguistique : origine, apports, bilan », Langue française, 117, p.51-57.

Khelladi, K. (1999) « Ancrages et dérivations de thèmes entre l'écrit et l'oral chez Kateb Yacine ». In Bonn Charles. (Dir.). Echanges et mutations des modèles littéraires entre Europe et Algérie. Paris,  2004  p. 191-197.

Halté, J.-F., Rispail, M. éds. (2005) L’oral dans la classe. Compétences, enseignement, activités, Paris, L’Harmattan, pp. 11-31

Halté, J.-F., Rispail, M. éds. (2005) L’oral dans la classe. Compétences, enseignement, activités, Paris, L’Harmattan, pp. 11-31

Le Cunff, C. (2002) « Écrit-oral : solidarité ou conflit », in. M. Rispail & F. Faye (coord.), Oser l’oral, Cahiers pédagogiques, n°400. pp. 29-30.

Lhote, É., (1987) À la découverte des paysages sonores des langues. Paris, Les Belles Lettres.

Lhote, É., (2001) « Pour une didactologie de l'oralité », Études de Linguistique Appliquée, 123-124, p. 445-53.

Nonnon, E. (2011) « L’histoire de la didactique de l’oral, un observatoire de questions vives de la didactique du français », Pratiques, 184-206. http://pratiques.revues.org/1739

Parpette, C., Mochet, M.A, (2008) L’oral en représentations, E.M.E..

Rabatel, A. (éd.) (2004) Interactions orales en contexte didactique : Mieux (se) comprendre pour mieux (se) parler et pour mieux (s’) apprendre, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Weber, C. (2013) Pour une didactique de l'oralité. Enseigner le français tel qu'il est parlé.Editions Didier.

Yagoub, L. (2017), « L’enseignement/apprentissage de l’oral de la compétence orale en première année de licence de français : quelles démarches de modélisation ? Cas des étudiants de l’université de Médéa », Université de Médéa.

Argumentaire

 

Oral et oralité : perspectives didactiques, anthropologiques ou littéraires

Coordonné par : Saliha Amokrane et Claude Cortier

Communication et didactique de l’oral

Depuis les années 60-70 et l’avènement d’une didactique du français, nombre de travaux de recherche ont cherché à montrer l’importance de l’oral à la fois comme objet d’étude et objet enseignable.

« A partir du début des années quatre-vingts », écrit Kerbrat-Orecchioni (1998 : 54), « on voit se multiplier les colloques, ouvrages et numéros de revues comportant dans leur intitulé les mots «interaction», «dialogue », «conversation », « communication » (ibid.). « Communication devient le maître mot » en didactique du FLE (Billières, 2008), les méthodes audio-orales et audiovisuelles sont progressivement délaissées au profit de l’approche communicative. Si celles-ci accordaient à l’oral une place importante, elles visaient davantage les structures de la langue ou la correction phonétique que les fonctionnements de la communication.

Les méthodes s’enrichissent alors de documents plus authentiques ou plus réalistes, la vidéo se développe mais la variation inhérente à la pluralité des contextes francophones, conjuguée à un français de scolarisation qui reste très académique, l’afflux en France des familles et des jeunes allophones feront monter en puissance la didactique du Français langue seconde (FLS), où les besoins en communication scolaire doivent prendre le pas sur ceux de la vie quotidienne tandis que le bi/plurilinguisme des enseignants et apprenants complexifie l’enseignement/apprentissage.

Plusieurs colloques organisés en France feront date pour la didactique de l’oral : « Didactique de l’oral », Université de Montpellier (Maurer, 2002[1]), « L’oral dans la classe » (IUFM et université de Grenoble Stendhal, J.F. Halté et M. Rispail, 2005). En 2005, le colloque organisé à Lyon sur l’épistémologie et l’histoire du Français fondamental sous l’égide de Daniel Coste(cf. Cortier& Parpette, 2006 ; Cortier & Bouchard 2008 ; Mochet & Parpette, 2008) a permis  grâce à la richesse des publications qui en sont issues, de mettre en lumière à la fois l’histoire de l’oralité (Galazzi, 2008) depuis les débuts de la dialectologie et de la phonétique, jusqu’aux travaux récents sur l’intonation (Billières, 2008) mais aussi les aspects jusqu’alors méconnus de l’oralité cultivée ou populaire grâce aux enregistrements collectés durant l’enquête conduite par les chercheurs du Français élémentaire (Cf. Rivenc, P. Coste, D, Chevalier, in Cortier& Parpette, Documents, 36).

En 2007, un colloque co-organisé à l’université de Nancy par le CRAPEL et ICAR, Université de Lyon viendra consacrer l’intérêt de la constitution et didactisation de corpus en didactique du FLES et des langues. La publication qui en est issue Mélanges 31 (2009) est introduite par Boulton sous le titre « Documents authentiques, oral, corpus » et constitue un volume de référence qui fait le point sur les relations entre didactique de l’oral et authenticité. La transcription d’une table ronde où figurent les principaux organisateurs termine le volume et retrace une discussion stimulante sur l’utilisation des documents authentiques (Table ronde, Mélanges 31, 2009 : 276 et sv.) et le recueil de données en FOS et FOU.

Cependant, même si les pratiques orales sont désormais mieux connues et le champ légitimé en didactique des langues, que ce soit en expression et en compréhension, les didacticiens s’accordent à dire que dans le monde scolaire, l’oral peine à trouver sa place et que l’école demeure « scripto-centrée » (Halté, 2005) ou « scripto-centriste »(Bouchard, 1995). La didactique de l’oral, comme le rappelle Nonnon, bute sur des difficultés qui touchent à la mise en œuvre dans les classes : elle nécessite une forte implication des élèves et peut-être aussi dangereuse pour la posture professorale et la « face » des élèves, car elle s’appuie « sur un matériau en élaboration » et des « scénarios qui comportent une part d’imprévisible, en dépit des grandes régularités liées à la forme scolaire » (Nonnon, 2011).

Un matériau en élaboration, certes, mais aussi un matériau « protéiforme », en FLS et FLM, à la fois, « objet d’apprentissages langagiers, moyen d’apprentissages disciplinaires, ressort de l’activité réflexive et de l’élaboration cognitive, médium de la communication et de l’interaction à l’intérieur de la sphère scolaire et extra-scolaire, support de l’entrée dans l’écrit ». Sous le mot-clé « didactique de l’oral » on a vu multiplier les(re)formulations et les propositions:

- L’oral pour apprendre (Gadet, Le Cunff et Turco, 1998), l’oral réflexif(Le Cunff 2002, Rabatel, 2004) ;

- L’oral en interaction, « objet est moyen d’apprentissage » (Bouchard 2005) ;

- La relation/interaction/articulation de l’oral et de l’écrit (Delcambre, 2004 ; Blin, Lópezdel Hierro et Trottet, 2013; Garcia-Debanc et Delcambre, 2001).

- L’intérêt de la notion de genres de discours pour décrire et enseigner l’oral (notamment Dolz& Gagnon, 2008) ;

 

Deux thèses, l’une récemment soutenue (Yacoub, Université de Medea, juillet 2017) et l’autre en cours (Ould Benali, Université de Bejaia) montrent qu’à l’université algérienne, en dépit d’un module consacré à la didactique de l’oral, les enseignants sont insuffisamment préparés à cet enseignement, alors que l’exposé par exemple est une modalité d’évaluation couramment utilisée dans la plupart des modules enseignés. Du point de vie de l’expression, mettre l’accent sur l’accent sur les traits de l’oralité apporte une motivation pour les étudiants (Ould Benali, Cortier, 2016[2]). Et si un grand nombre de thèses de sociolinguistique consacrées aux parlers et pratiques langagières ont été soutenues dans le cadre de l’Ecole doctorale algéro-française (EDAF), on relève un nombre restreint de travaux en didactique de l’oral prenant en compte le plurilinguisme des pratiques langagières et la variation, à l’exception peut-être de O. Aci, 2016  et de K. Ferroukhi, 2014 (Université de Blida)ou de recherches s’intéressant aux représentations et au rapport entre ces deux ordres, montrant un oral dévalorisé en regard de l’écrit (Ammouden, 2012).

Oral et oralité

À la suite d’E. Lhote(1987), auteur de la notion de paysage sonore, de nombreux travaux soulignent l’importance de l’éducation de l’écoute ainsi que le rôle majeur de la prosodie dans l’activité perceptive et partant, la nécessité de passer à une didactique de l’oralité fondée sur la communication et le discours. L’oralité est caractérisée par des codes vocaux et mimo-gestuels. C’est une notion exigeante car elle implique l’individu tout entier (Lhote, 2001) et relève d’une approche anthropologique et culturelle.

La notion d’oralité se retrouve chez Chanfraut-Duchet (2002[3]) qui la définit comme « l'ensemble des faits et processus liés à une parole communautaire »[…], une parole qui « se déploie dans le cadre d’une tradition orale et/ou dans des contextes ritualisés » et se réfère à une mémoire identitaire.

La didactique de l’oralité (Lhote, 2001 ; Nonnon, 2011 ; Weber, 2013) permet l’articulation de l’oral à son contexte de production/réception, à l’identité et culture(s) des interlocuteurs, aux spécificités de leurs littéracies et littératures, aux pratiques et contraintes socio-langagières auxquelles ils font face.

 

Oralité et  littérature

Pendant longtemps, on a considéré l’oralité comme la manifestation dans le texte littéraire des éléments d’une culture de tradition orale : les proverbes, les chants, les devinettes, les contes, les poèmes, toutes ces formes de communications propres à un groupe social, communautaire. La présence également dans les textes de personnages doués de parole, porteurs de discours comme le conteur, le poète, le prophète.

L’oralité s’inscrit aussi dans le métissage linguistique qui caractérise les textes de la littérature africaine, maghrébine  par exemple, dans certains faits  langagiers relevant du registre oral. Elle est présente dans les différentes voix en texte.

De plus en plus, on estime que l’oralité ne se limite pas à émailler le texte de mots empruntés à la langue orale, mais qu’elle résulte d’un véritable travail sur la langue et que ceux qui la pratiquent doivent avoir une bonne connaissance de la langue utilisée et de la culture orale de laquelle il s’inspire. L’oralité est ainsi repérable au niveau de la structure d’ensemble des récits, des formes discursives choisies par l’auteur, des techniques littéraires dont use l’écrivain pour rendre compte de certaines formes de discours (épique, contique, incantatoire …), au niveau du rythme des phrases, de la ponctuation.

Tout ce travail sur la langue a comme souci de constituer ce territoire de langue propre à chaque écrivain. Quelques travaux de recherche ont pris en charge ces aspects, notamment Kazi-Tani Nora (1995) et Khelladi Khedidja (1999) et pour témoigner de l’intérêt porté à cette problématique, une journée d’étude intitulée « Oralité et altérité en questions » est prévue au département de français de l’Université d’Alger 2 durant l’année universitaire 2017/2018.

 

Les articles proposés s’inscriront dans les axes de la problématique et plus largement dans les questionnements suivants : 

- L’impact du multi/plurilinguisme sur l’oral et son enseignement ;

- L’oral pour apprendre, l’oral réflexif et les interactions comme objet et moyen d’apprentissage;

- La relation/interaction/articulation de l’oral et de l’écrit ;

- Les implications du passage de l’oral à l’oralité sur l’enseignement des langues ;

- Les représentations de l’oral et de l’oralité et leur prise en charge sociodidactique ;

- Littéracies, oral et oralité ;

- L’oralité dans la littérature et sa didactisation.

 

Protocole de rédaction des articles

 

Fichier : document de format Word (.doc ou .docx) de taille A4 (21 cm X 29,7 cm)

Marges : 2,5 cm partout (en haut, en  bas, à gauche à droite)

Type de police : Lucida Bright  (Taille 12, interligne simple)

Taille de l’article (références bibliographiques comprises) : entre 25 000 et 40 000  caractères (espaces compris)

Parties de l’article :

- Titre, NOM Prénom, affiliation universitaire (Laboratoire, Université)

- Résumés en français et en anglais (100 à 150 mots chacun)

- 5 mots-clés en français et en anglais

- Corps de l’article (avec introduction et conclusion)

- Références bibliographiques (citées dans l’article)

- Une courte présentation de l’auteur : axes de recherche, principales publications, etc. (50 à 100 mots).

 

Titres :

- Le titre de l’article (Lucida Bright, taille 12, gras) ne doit pas dépasser deux lignes

Niveaux des titres : Maximum 3 niveaux et doivent être numérotés (1., 1.1., 1.1.1. ; 2. , 2.1., 2.1.1., etc.). Ne pas recourir à la mise en forme automatique.

 

Les paragraphes :

- Aucun retrait de première ligne.

- Espacement de 12 pts avant et après le paragraphe.

Renvois (Références internes) : (Conformément à l’adaptation française des normes APA).                                                           

- Les renvois aux auteurs sont présentés conformément au système (Auteur, date)

- Quand on renvoie à une partie bien précise d’un document, on présente ainsi la référence : (Auteur, date,p. x ou p. x-y).

- Quand il y a plus d’un auteur, le nom du dernier auteur est précédé de « et » (pas de &)

- Quand le nombre d’auteurs est entre 3 et 5, tous les auteurs sont cités la première fois. On ne cite à partir de la deuxième occurrence que le nom du premier auteur, suivi de et al. (en italique)

- Quand le nombre d’auteurs est supérieur à 5, on ne cite dès la première occurrence que le nom du premier, suivi de et al. (en italique)

- Quand on utilise une citation de seconde main, la référence est présentée comme suit : (Auteur(s) A, cité(s) par Auteur(s) B, date, p.x). Il est à préciser que, dans ce cas, seul l’auteur B est cité dans les références bibliographiques.

- Quand on renvoie à plusieurs travaux, ceux-ci sont cités selon l’ordre alphabétique des auteurs et non pas selon l’ordre chronologique. Ils sont séparés par des points virgules.

- Quand on renvoie aux travaux d’un même auteur, on ne cite son nom qu’une seule fois et on sépare par des virgules les dates présentées par ordre chronologique ascendant.

 

Notes de bas de page : réservées aux commentaires

 

Citations : (Conformément à l’adaptation française des normes de l’APA)

- Les citations qui comportent moins de 40 mots sont présentées entre guillemets (français) et sans italique (police 12).

- Les guillemets anglais sont réservés aux citations déjà citées à l’intérieur des citations.

- Les citations qui ont 40 mots ou plus sont à détacher du paragraphe et à présenter sans italique avec un retrait de 1 cm avant (gauche) et après (droite) le texte (Taille de police 11).

 

Passages de corpus :

- les passages importants de corpus cités dans le corps de l’article sont présentés avec un retrait à gauche de 1 cm (Taille de police 11).

- Il est souhaitable, dans la mesure du possible,que desrenvois précis soient mentionnés à la fin du passage (selon le cas, année, n° de page du document, etc.).

 

Références bibliographiques (Conformément à l’adaptation française des normes de l’APA)

- La liste des références bibliographiques doit contenir toutes les références citées dans l’article et uniquement celles qui y sont citées.

- Elles sont organisées par ordre alphabétique

- Les documents ayant les mêmes auteurs, présentés dans le même ordre, sont classés selon l’ordre chronologique ascendant. Ils sont suivis des documents non datés.

- Dans le cas des documents ayant les mêmes auteurs et la même date, ils sont classés selon l’ordre alphabétique des débuts de leur titre(abstraction faite de l’article initial). Ils sont distingués par l’ajout des lettres a, b, c... après la date. Il en est de même pour les renvois dans le corps du texte.

- Modèle : Nom, P. (Date). Titre. Autres indications

- Les références de plus d’une ligne sont distinguées par retrait négatif (suspendu) de 1,25 cm.

- Les mentions anglo-saxonnes &, In, (Ed.) ou (Eds.), in press, pp. sont respectivement remplacées par et, Dans, (dir.), (sous presse), p.

 

Exemples :

Ouvrage :

Nom, P. (date). Titre de l’ouvrage en italique. Ville : Éditeur. Informations de localisation virtuel si l’ouvrage est disponible sur Internet.

Chapitre d’ouvrage :

Nom, P. (date). Titre chapitre. Dans P. Nom (dir.), Titre de l’ouvrage en italique (p. XX-XX). Ville : Éditions.Informations de localisation virtuel si l’ouvrage est disponible sur Internet.

Article : 

Nom, P. (date). Titre de l’article sans guillemets et sans italique. Nom de la revue, N°, X-Y (première et dernière pages de l’article). Informations de localisation virtuel si l’ouvrage est disponible sur Internet.

Thèses :

Nom, P. (date). Titre de la thèse en italique et sans guillemets. Thèse de doctorat non publiée. Ville : Université de XXX.Informations de localisation virtuel si l’ouvrage est disponible sur Internet.

Document internet :

Nom, P. (date). Titre du document. Informations de localisation (adresse URL et/ou DOI).

  •