LEM


lem-banner02.jpg

Laboratoire Ecologie Microbienne

 

Le laboratoire d’Ecologie Microbienne a été agrée en 2012. Il est  composé de quatre équipes, de 41 membres jeunes et dynamiques, deux Professeur, deux MCA, six MCB, 11 enseignants dans la catégorie MAA doctorants et 20 doctorants
(voir les listes dans la rubrique équipes de recherche ).

 

Description succincte

L'étude des interactions Homme, plante, animal et microorganismes aboutit à l'émergence de nouveaux concepts qui s’inscrivent dans le développement durable.

 

A l’échelle de la santé publique, de l’agriculture mondiale et de l’environnement, l’utilisation intensive des produits chimiques (antibiotiques, engrais, pesticides, …) constitue la principale cause des dommages sur l’Homme, la faune et la flore. Elle est également impliquée dans la pollution des écosystèmes et dans l’émergence du phénomène de résistance. En effet, sous la pression de l’antibiothérapie extensive, des bactéries multirésistantes (BMR) apparaissent et dont il convient de limiter la dissémination.

 

Il importe d’élucider les mécanismes qui régissent toutes ces interactions pour une gestion intégrée alliant santé humaine et respect de l'environnement pour envisager des réponses durables. L’importance des micro-organismes telluriques réside dans leur propriété intéressante de biofertilisants, biostimulants, bioprotecteurs des cultures, ou comme bioindicateurs de la qualité du milieu (sol, eau, air….).

 

Objectifs de recherche scientifique et de développement technologique

  Isolement et caractérisation des microorganismes symbiotiques et rhizosphériques  d’intérêt économique et environnemental ;

Sélection de couples performants plantes-microorganismes capables de revégétaliser les sols pauvres, dégradés et/ou contaminés ;

Compréhension des mécanismes d’adaptation des associations plantes-microorganismes aux contraintes du milieu (températures extrêmes, salinité, pH, déficit hydrique…..) ;

Production d’inocula et application aux champs

Diagnostic des maladies des cultures légumières : Identification,  épidémiologie et méthodes de lutte ;

Variabilité génotypique et phénotypique des souches responsables des pathologies sur les cultures légumières ;

Recherche de nouvelles substances bioactives et application dans la protection durable ;

Etude de l’évolution de la résistance des souches bactériennes humaines, animales ou environnementales aux principaux antibiotiques utilisés en thérapeutique ;

Caractérisation des mécanismes de résistance en causes ;

Etude des supports génétiques de leur mobilité dans le but de mieux comprendre l’évolution d’acquisition de la résistance au sein des génomes microbiens ;

Développement des connaissances dans le domaine de la pathogénicité bactérienne dans le cas des zoonoses ;

Etude de la variabilité génétique des agents pathogènes et de leur interaction avec les hôtes et les facteurs de transmission des zoonoses en Algérie.

 

Thèmes mis en œuvre

Biodiversité des microorganismes associés aux légumineuses cultivés, fourragères, forestières  à intérêt alimentaire, sanitaire et environnementale par une approche polyphasique.

Etude de l’interaction des microorganismes PGPR et des plantes.

Etude des interactions légumineuses, mycorhizienne et rhizobienne.

Valorisation des ressources génétiques dans le développement durable.

Etudede la variabilité phénotypique et génotypique des souches de Botrytis cinerea, agent de la pourriture grise de la tomate.

Caractérisation des souches de Phytophthora infestans agent du mildiou de la pomme de terre et étude épidémiologique

Activité antimicrobienne des huiles essentielles et extraits de Myrtus communis.

Etude de la résistance des souches de l’environnement

Etude de la résistance des souches chez les animaux

Etude de la résistance des souches en santé humaine

 

Mots-Clés 

Interactions microbiennes, symbiose, biodiversité, développement durable, phytoprotection, résistance aux antibiotiques, supports génétiques, adaptation, biofertilisant,  transmission, identification et typage moléculaire, phylogénie.